Classé par thème, vous trouverez ici mon projet de vulgarisation, une série de documentations accompagnées de témoignages et d'articles, entièrement gratuits et dépourvus de voyeurisme.
L'objectif de cette série est avant tout de partager librement des connaissances avec ceux qui en ont besoin, sur des questions psychologiques qui peuvent s'avérer difficiles.

Le projet est pleinement soutenu par la musicienne, artiste et poétesse grecque Ifigeneia Derizioti (IDVex), marraine de la version « Ελληνικά » en Grèce.

La Forteresse Riche

« Comprendre le fonctionnement des personnes autistes. »

Documentation vulgarisée, mentions de psychologie cognitive et de neuropsychologie liées aux troubles du spectre autistique, proposant plusieurs solutions de soutien à domicile destinées spécifiquement aux parents d'enfants autistes. Ou pour les personnes en quête de réponses.

Inclut les témoignages de trois personnes.

Sommaire
- Qu'est-ce que l'autisme?
- Les troubles du comportement.
- Le handicap social.
- Les difficultés à communiquer.
- L'empathie et la sensibilité.
- Les stimulations sensorielles.
- Les crises.
- La « bulle ».
- L'autonomie.

Documentation enregistrée sous l'égide des huissiers de Justice de Paris, mis à disposition selon les termes de la législation française et internationale sur les droits d’auteur.

Qu'est-ce que l'autisme ?

L'autisme est un trouble neurodéveloppemental. Aujourd'hui, 1 enfant sur 100 est diagnostiqué avec autisme, ce qui donne un chiffre d'environ 3.3 millions de personnes avec autisme dans l'Union Européenne.

Les troubles neurodéveloppementaux se caractérisent par un retard de développement et des atteintes cognitives, comportementales et sensorimotrices. Concrètement, il ne s'agit pas d'une maladie, mais d'une condition neurologique qui se manifeste par des difficultés dans le développement d'un enfant.

L'autisme existe sur un "spectre" car les besoins sensoriels, sociaux et de communication des personnes autistes peuvent se présenter sur un éventail allant d'élevé à faible. Quand on parle des difficultés de l'autisme, on parle des troubles du spectre autistique (TSA) qui affectent la façon dont une personne interagit, communique et se comporte.

Dans le spectre de l'autisme, il existe une gamme de besoins de soutien. Certaines personnes autistes ont besoin de moins de soutien, tandis que d'autres peuvent avoir besoin de plus de soutien.

La langue compte

Lorsqu'il s'agit de parler de l'autisme, nous utilisons la langue de l'identité plutôt que celle de la personne. Ainsi on dit « personne autiste » plutôt que « personne avec autisme ». Pour de nombreuses personnes autistes, ce langage est préférable car l'autisme est considéré comme faisant partie d'une identité et non d'un handicap.

Trouble du spectre autistique : quel est votre niveau de soutien ?

Étant donné que l'autisme existe sur un spectre, le niveau de soutien nécessaire dans la vie quotidienne varie considérablement d'une personne à l'autre.

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) examine trois niveaux de besoins, qui sont définis par le niveau de soutien dont la personne autiste a besoin.

  1. Nécessite un soutien. Les personnes à ce niveau peuvent être relativement indépendantes. Cependant, les défis liés à l'interaction sociale, au changement ou à l'incertitude peuvent toujours être difficiles à gérer sans un certain soutien.
  2. Nécessite un soutien important. Certaines interactions sociales et certains changements peuvent être gérables pour les personnes de ce niveau, mais un niveau de soutien constant est nécessaire.
  3. Nécessite un soutien très important. Les personnes de cette catégorie peuvent avoir un discours et une interaction sociale minimes. Gérer le changement peut être un défi important.

De plus, de nombreux diagnostics liés aux troubles du spectre autistique sont désormais dépassés et considérés comme faisant partie du spectre autistique. Certaines personnes autistes s'identifient encore à ces diagnostics. Certains de ces diagnostics et étiquettes comprennent :

  • le syndrome d'Asperger
  • le syndrome de Rett
  • l'autisme de Kanner
  • l'autisme de haut niveau
  • l'autisme atypique
  • les troubles envahissants du développement

Chaque personne autiste est unique. Une personne autiste ne correspondra pas toujours exactement à l'un de ces niveaux ou catégories. Par exemple, certaines personnes autistes peuvent être non verbales mais n'ont besoin que d'un soutien minimal dans la vie de tous les jours.

Symptômes de l'autisme : modèles de communication et de comportement

Si vous êtes autiste, vous constaterez peut-être que les différences dans la façon dont vous interagissez avec les autres conduisent à des malentendus ou à une mauvaise communication.

Et si vous n'avez pas reçu de diagnostic mais pensez que vous pourriez être autiste, il peut être frustrant de naviguer dans ces différences lorsque vous n'êtes pas sûr de ce qui les cause.

Le DSM-5 classe les symptômes de l'autisme en deux catégories principales :

  • modes de communication et d'interaction sociales
  • modèles de comportement et d'intérêts

Étant donné que l'autisme est un trouble neurodéveloppemental, les premiers signes ont tendance à apparaître dans la petite enfance. Pourtant, certaines personnes autistes ne reçoivent un diagnostic qu'à l'âge adulte, surtout si elles se sont habituées à masquer leurs différences.

Modes de communication et d'interaction sociale

Les personnes autistes peuvent montrer certains modes de communication. Ces modèles impliquent généralement une communication verbale ou parlée et une communication non verbale comme les expressions faciales et le langage corporel.

Ces symptômes de l'autisme liés à la communication ont un impact sur :

  1. les compétences et interactions sociales
  2. la communication non verbale
  3. les relations et connexions sociales

Vous pouvez en savoir plus sur ces modèles de communication ci-dessous :

1. Les compétences et interactions sociales

Les gestes de la main lors d'une conversation et les figures de style peuvent être difficiles à décoder pour certaines personnes autistes. Pourtant, ces différences de communication peuvent apparaître différemment d'une personne à l'autre.

Pour les personnes autistes qui ont besoin de niveaux de soutien plus élevés, il peut être plus difficile d'initier ou de répondre à une interaction sociale. Et tandis que de nombreuses personnes autistes parlent en phrases complètes, d'autres personnes peuvent être non verbales - ce qui signifie qu'elles ont tendance à ne pas parler à haute voix - et communiquer d'autres manières.

2. La communication non verbale

La communication non verbale est la façon dont les gens communiquent entre eux sans mots. Les personnes autistes ont tendance à s'engager dans la communication non verbale différemment des personnes non autistes.

Les personnes autistes peuvent avoir des difficultés avec :

  • le contact visuel
  • le décodage des expressions faciales ou des gestes de la main
  • l'expression de ses pensées et sentiments
  • la correspondance entre les expressions faciales et les comportements d'autres personnes

3. Les relations et connexions sociales

Les personnes autistes peuvent avoir du mal à se connecter émotionnellement avec d'autres personnes, en particulier les personnes non autistes.

Des difficultés à ajuster la parole et le comportement pour correspondre à l'ambiance d'une conversation peuvent rendre plus difficile pour certaines personnes autistes de commencer ou de maintenir une relation, par exemple.

Chez les enfants autistes, cela peut ressembler à ne pas participer à des jeux faisant appel à l'imagination. Les enfants autistes peuvent également montrer un manque d'intérêt à se faire des amis, bien que ce ne soit pas le cas pour toutes les personnes autistes.

Modèles de comportement et d'intérêts

Une grande partie de l'autisme implique également des différences de comportement. Ces différences impliquent généralement des comportements limités et répétitifs.

Ceux-ci peuvent inclure :

  1. les comportements stéréotypés (modèles comportementaux répétitifs)
  2. des routines rigides et de l'aversion pour le changement
  3. un intérêt « restreint » ou une concentration forte et spécifique
  4. des différences dans les réponses à l'environnement

Vous pouvez en apprendre plus sur ces modèles de comportement ci-dessous :

1. Comportements stéréotypés

Les comportements stéréotypés sont des comportements qui se répètent encore et encore mais qui ne semblent pas avoir un objectif clair.

Pourtant, ces comportements ont un but. Il s'agit généralement d'une forme d'auto-apaisement, également connue sous le nom d'auto-stimulation.

Ces comportements peuvent impliquer :

  • battement des mains
  • effleurement des doigts
  • filature de pièces
  • alignement des objets
  • autres actions répétées

Les personnes autistes peuvent également avoir tendance à répéter le discours d'autres personnes. C'est ce qu'on appelle l'écholalie.

2. Routines rigides et préférence pour la structure

Si vous êtes autiste, vous pourriez être très attaché à certaines routines, habitudes ou règles quotidiennes.

Les modifications apportées à ces éléments peuvent également être difficiles. Un changement qui semble insignifiant pour quelqu'un d'autre peut avoir un impact important sur vous.

Par exemple, vous pourriez avoir un itinéraire de marche spécifique ou toujours manger une certaine marque de céréales. Si quelqu'un essaie de changer ces routines ou si quelque chose se produit qui les rend impossibles, cela peut entraîner un sentiment d'instabilité, un sentiment de perte ou de ne pas savoir quoi faire ensuite.

3. Concentration, intérêts et préoccupations restreints

Les personnes autistes peuvent avoir un fort intérêt ou un intérêt « restreint » pour certains sujets (parfois des sujets très précis).

Par exemple, un enfant autiste peut préférer jouer avec un seul jouet plutôt que tous les autres objets. Un adulte autiste peut avoir un domaine d'intérêt pour un sujet spécifique qu'il connaît bien.

L'hyperfocalisation sur certaines activités et la restriction alimentaire sont également courantes.

4. Réponses aux stimuli de l'environnement

Une sensibilité excessive ou insuffisante aux stimuli de l'environnement est un autre signe comportemental courant de l'autisme.

Une personne hypersensible peut réagir d'une manière qui semble disproportionnée à une situation. Par exemple, une personne autiste peut se boucher les oreilles dans une pièce où plusieurs personnes parlent en même temps.

Une personne autiste présentant une hyposensibilité pourrait réagir moins fortement à la stimulation ou aux sensations. Il pourrait ne pas réagir à la douleur ou aux changements de température, par exemple.

Certaines personnes autistes peuvent également être attirées par certaines expériences sensorielles, notamment :

  • les textures
  • les odeurs
  • les goûts
  • les sons
  • diverses curiosités

Par exemple, alors qu'une personne peut sentir ou toucher de manière répétitive un objet, une autre personne peut se concentrer sur des objets d'une certaine couleur ou texture.

Diagnostic des troubles du spectre autistique

Dans la plupart des situations, l'autisme est diagnostiqué pendant l'enfance. Les parents peuvent remarquer des différences de comportement chez leur enfant et consulter un médecin pour plus d'informations.

Après avoir observé la communication et le comportement de l'enfant, le clinicien pourra aider à déterminer si l'enfant répond aux critères de l'autisme. Votre médecin peut également vous orienter vers un spécialiste qualifié ou directement dans le CRA (Centre de Ressources Autismes) de votre région pour reconnaître l'autisme chez les enfants.

Selon le DSM-5, vous pourriez répondre aux critères d'un diagnostic d'autisme si vos schémas de communication et de comportement :

  • ont un impact sur plusieurs domaines de votre vie
  • sont présents depuis votre petite enfance
  • rendent les domaines de votre vie, comme le travail ou les relations, plus difficiles à gérer
  • ne s'expliquent pas mieux par une déficience intellectuelle

Un clinicien qui diagnostique l'autisme notera également s'il est accompagné d'une déficience intellectuelle et/ou du langage ou d'une catatonie.

Si vous êtes un adulte et pensez que vous pourriez être autiste, il peut être difficile de trouver un spécialiste qui sache comment diagnostiquer l'autisme chez les adultes. Bien que cela puisse être un défi, ce n'est pas impossible.

Cela peut vous aider de partager vos réflexions avec votre médecin de soins primaires et de lui demander s'il peut vous référer à un spécialiste qui peut vous fournir plus d'informations.


Lire le document complet.


Bibliographie

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.). (DSM-5)

Bernardin CJ, et al. (2021). "You must become a chameleon to survive:" Adolescent experiences of camouflaging.
https://link.springer.com/article/10.1007/s10803-021-04912-1

Kapp SK, et al. (2019). 'People should be allowed to do what they like': Autistic adults' views and experiences of stimming.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6728747/

Lucarelli J, et al. (2017). Autism spectrum disorder and avoidant/restrictive food intake disorder.
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27824638/

Maenner MJ, et al. (2020). Prevalence of autism spectrum disorder among children aged 8 years - Autism and developmental disabilities monitoring network, 11 sites, United States, 2016.
https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/69/ss/ss6904a1.htm

Patra KP, et al. (2021). Echolalia.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK565908/

Hyman SL, et al. (2020). Identification, evaluation, and management of children with autism spectrum disorder.
https://publications.aap.org/pediatrics/article/145/1/e20193447/36917/Identification-Evaluation-and-Management-of

What is autism spectrum disorder? (2020).
https://www.cdc.gov/ncbddd/autism/facts.html

Autism spectrum disorder fact sheet. (2020).
https://www.ninds.nih.gov/archived/autism-spectrum-disorder-fact-sheet

L'autisme, autrement (2021) - Julie's Academy.
https://www.julieacademy.com/formation-l-autisme-autrement

Dans ta bulle: Les autistes ont la parole : écoutons-les ! (2018) - livre de Julie Dachez.

Penser en images (1995) - livre de Temple Grandin.

Je suis à l'Est ! (2012) - livre de Josef Schovanec.

Je suis né un jour bleu (2006) - livre de Daniel Tammet.

L'empereur, c'est moi (2013) - livre d'Hugo Horiot.

Témoignage du musicien Kristian Schott (2019).

« Moi et mon diagnostic », les impressions de Thomas Villa.

Les Souvenirs Incolores

« Comprendre le sérieux impact d'un traumatisme sur une personne. »

Documentation vulgarisée, mentions de psychologie cognitive et de neuropsychologie relatives aux troubles de stress post-traumatique, proposant plusieurs solutions thérapeutiques et des témoignages, directement destinés aux personnes touchées et à leurs familles.

Inclut les témoignages de dix personnes.

Sommaire
- Qu'est-ce que le stress post-traumatique?
- Les réactions consécutives.
- Les répercussions sur la cognition.
- Les comorbidités.
- Le traitement par psychothérapie.

Documentation enregistrée sous l'égide des huissiers de Justice de Paris, mis à disposition selon les termes de la législation française et internationale sur les droits d’auteur.

Qu'est-ce que le stress post-traumatique ?

Le trouble de stress post-traumatique est un problème de santé mentale grave autrefois attribué uniquement aux anciens combattants. Aujourd'hui, nous savons que c'est bien plus.

Beaucoup d'entre nous connaissent ce sentiment de « quasi-accident ». Qu'il s'agisse d'une voiture qui s'approche un peu trop près ou d'une alerte médicale aux urgences, ce « quasi-accident » est une expérience mémorable.

Lorsque nous traversons un événement traumatisant, plusieurs systèmes du corps passent à la vitesse supérieure. L’hypothalamus et l’hypophyse envoient tous deux une poussée d’hormones de stress, nous préparant à combattre, fuir ou nous figer.

Lorsque le danger est passé, de nombreuses personnes peuvent passer à autre chose et "se débarrasser", pour ainsi dire. Pourtant, pour certains d'entre nous, ce sentiment d'être en état d'alerte maximale peut persister pendant des semaines, des mois, voire des années, et s'accompagner d'autres symptômes.

Les personnes qui vivent avec le trouble de stress post-traumatique (TSPT) éprouvent une réponse élevée de « combat ou fuite ». Les menaces perçues déclenchent leur système nerveux autonome, ce qui entraîne des alternances chimiques dans le cerveau. Cela crée un sentiment de danger et d'autres symptômes, même lorsqu'il n'y a pas de menace réelle ou que la menace n'est plus présente.

Si cela résonne en vous, sachez que vous n'êtes pas seul. Le TSPT n'est pas une maladie rare, et avec un bon plan de gestion, vous pouvez gérer vos symptômes.

Quelle est la fréquence du TSPT ?

De nombreuses personnes vivront un événement traumatisant sans autres complications, mais un petit pourcentage développera un TSPT.

La prévalence des TSPT serait de 5 à 12 % dans la population générale. Ces données sont principalement issues d'anciennes études menées par des associations américaines qui ont été renouvelées en 2017.

Le TSPT est plus répandu chez les personnes travaillant dans des environnements de travail très stressants, comme les pompiers, les premiers intervenants, les policiers et les anciens combattants.

Causes du TSPT

Le TSPT était autrefois appelé « choc d'obus » ou « syndrome de fatigue de combat », et de nombreuses personnes connaissent peut-être cette condition grâce à son association avec des anciens combattants en temps de guerre.

Aujourd’hui il est appelé trouble de stress post-traumatique (TSTP) car il peut se développer à partir d’une gamme de scénarios différents. Ce qui les lie ensemble est une menace de danger réelle ou perçue, qui peut impliquer une éventuelle perte de vie.

Certaines causes de TSPT comprennent :

  • catastrophe naturelle
  • violence criminelle
  • événement médical grave
  • expérience de mort imminente
  • perte d'un être cher
  • abus physique ou sexuel
  • accidents de transport (voiture, avion, etc.)

En général, tout événement stressant où vous ressentez de la peur, un choc, de l'horreur ou de l'impuissance peut provoquer un TSPT.

Facteurs de risque du TSPT

Les chercheurs ne savent toujours pas pourquoi certaines personnes développent un TSPT et d'autres non. Mais il existe une poignée de facteurs qui peuvent augmenter les chances de diagnostic. Certains d'entre eux incluent :

  • manque de réseau de soutien
  • antécédents d'autres problèmes de santé mentale
  • expériences passées d'abus, souvent dans l'enfance
  • mauvaise santé physique
  • être une femme
  • se blesser physiquement

Un autre facteur qui peut contribuer au TSPT est de vivre un événement stressant après un événement traumatisant, comme obtenir un divorce peu de temps après un grave accident de voiture.

La génétique pourrait également jouer un rôle. Dans les scanners cérébraux de personnes atteintes de TSPT, la recherche suggère que l’hippocampe – la partie du cerveau qui s’occupe des souvenirs et de la régulation émotionnelle – est plus petit et de forme différente que celui des personnes sans TSPT.

Symptômes du TSPT

Dans les quelques jours qui suivent un événement traumatisant, il est normal de se sentir dépassé, de pleurer ou d'avoir des difficultés à se concentrer. Ces symptômes n'indiquent pas nécessairement une condition à plus long terme.

Les symptômes du TSPT ont tendance à durer plus longtemps, à perturber vos activités quotidiennes et à avoir un impact négatif sur votre qualité de vie globale. Ils font généralement surface dans les 3 mois suivant l'événement traumatique, bien qu'ils puissent également survenir plus tard.

1. Symptômes d'intrusion

Ces symptômes - appelés symptômes de réapparition dans les anciennes versions du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) - sont ceux qui vous ramènent au traumatisme.

  • flashbacks ou réactions dissociatives
  • cauchemars ou rêves pénibles
  • souvenirs, images ou pensées intenses et désagréables
  • détresse émotionnelle ou physique lorsque vous pensez à l'événement traumatisant

2. Symptômes d'évitement

Ces symptômes ou comportements sont exactement ce à quoi ils ressemblent. Vous éviterez probablement tout ce qui vous rappelle l'événement traumatisant, y compris :

  • des gens
  • des endroits
  • des situations

Vous pourriez également éviter de penser et de parler de l'événement traumatisant.

Par exemple, si vous souffrez de TSPT en raison d'un accident de voiture, vous pouvez éviter l'endroit où l'accident s'est produit ou éviter de conduire complètement.

D’autres rappels externes peuvent inclure des sons et des odeurs, toutes stimulations sensorielles qui seraient amenées à faire resurgir le souvenir en question.

3. Symptômes d'éveil et de réactivité

Cette catégorie de symptômes comprend les réactions physiques au traumatisme ou les rappels de traumatisme. Les exemples comprennent :

  • irritabilité
  • sentiment d’être à bout
  • difficulté à se concentrer
  • réponse de sursaut accrue
  • brusques accès de colère

4. Symptômes de l'humeur et de la cognition

Nos pensées, nos croyances et nos sentiments sont affectés par notre humeur. Inversement, nos humeurs sont affectées par nos sentiments, nos pensées et nos croyances. Les modes de pensée malsains peuvent être un produit du TSPT. Certains d'entre eux incluent :

  • monologue intérieur négatif
  • sentiments de culpabilité ou d'auto-accusation
  • problèmes de mémoire
  • manque d'intérêt pour les choses que vous aimez

5. Symptômes physiques

Bien qu'ils ne soient pas abordés dans la dernière version du DSM, les symptômes physiques du TSPT peuvent imiter une attaque de panique. Certains symptômes physiques comprennent :

  • transpiration
  • tremblement
  • vertiges
  • maux de tête
  • douleur thoracique
  • maux d'estomac
  • maux et douleurs inexpliqués
  • fatigue causée par des cauchemars ou des troubles du sommeil

6. Symptômes du TSPT chez les enfants

Les adultes ne sont pas les seuls à contracter le TSPT – cela peut survenir à tout âge. Chez les enfants, certains des symptômes du TSPT peuvent être :

  • pipi au lit
  • cauchemars
  • adhérence accrue avec les adultes
  • expression d'un traumatisme à travers l'art ou les jeux

Dans le cas d'un traumatisme dû à un abus sexuel, les enfants peuvent présenter :

  • faible estime de soi
  • peur, tristesse, isolement
  • agressivité (sur l'offensive)
  • comportement sexuel anormal
  • automutilation
  • abus d'alcool ou de drogue

Traitement du TSPT

Bien qu'il n'y ait aucun moyen d'empêcher un événement traumatisant de se produire, il existe des moyens de gérer les symptômes qui surviennent à la suite d'un traumatisme.

Les chercheurs ont noté quelques facteurs de résilience, qui sont des caractéristiques des personnes qui peuvent s'adapter et grandir après un traumatisme. Ceux-ci incluent :

  • la capacité de tendre la main et de demander de l'aide
  • le succès dans l'élaboration de stratégies d'adaptation
  • un sentiment de positivité sur la façon dont ils ont réagi à leur traumatisme

Ceux qui pratiquent « l'adaptation active », de cette manière, peuvent récupérer plus rapidement du TSPT. Certains se rétablissent en 6 mois. Pour d'autres, le traitement peut durer plusieurs années.

Le traitement du TSPT comprend souvent une combinaison de psychothérapie et de médicaments.

1. Psychothérapie

La recherche montre que la psychothérapie, peut être une option de traitement efficace pour le TSPT.

  • Thérapie de traitement cognitif (TPC). Cette technique est utilisée pour aider à traiter un traumatisme, car de nombreuses personnes ne sont pas en mesure de le traiter directement après qu'il s'est produit. La TPC peut également aider quelqu'un à restructurer ses croyances autour de ce qui s'est passé de manière plus utile.
  • Thérapie d'exposition prolongée. Il s'agit d'un type de thérapie cognitivo-comportementale qui consiste à aborder progressivement des souvenirs ou des situations liés à un traumatisme que vous évitez depuis l'événement. Cette technique se fait lentement, en toute sécurité et systématiquement. Vous pourriez également apprendre des techniques de cohérence cardiaque pour vous aider à gérer votre anxiété.
  • Désensibilisation et retraitement des mouvements oculaires (EMDR). L'EMDR utilise des tonalités ou des bandes douces pour interrompre les schémas de pensée ou les croyances. De nombreuses recherches montrent que l'EMDR peut réduire l'anxiété, la dépression, la fatigue et la paranoïa.

2. Médicaments

Les médicaments (seuls) ne soignent pas le TSTP, ils ont pour principaux objectifs de vous accompagner dans votre thérapie, grâce à certains impacts positifs sur les symptômes du TSPT, comme l'anxiété, la dépression et les troubles du sommeil.

Pour avoir un bon plan de traitement médical, il sera nécessaire de prendre rendez-vous avec votre médecin de famille ou un médecin généraliste ayant au préalable une connaissance de vos antécédents.

Vivre avec le TSPT

Lorsque vous vivez avec le TSPT, chaque jour peut ressembler à une bataille silencieuse.

La vie peut soudainement être divisée en deux chapitres distincts - avant le traumatisme et après - et il est difficile de mettre des mots dessus.

Peut-être que vous ne vous sentez pas tout à fait comme "vous". Peut-être êtes-vous déclenché par de petites choses, effrayé de faire les activités que vous aimiez ou ne savez plus comment vous comporter avec les gens à la maison ou au travail.

Chacun de nous réagit différemment au traumatisme, et il n'y a pas deux expériences identiques. Mais quand les choses ne vont pas bien, quelque chose qui peut nous aider tous est de savoir que nous ne sommes pas seuls.

Même si les gens autour de vous ne comprennent pas très bien ce que vous vivez, il y a des gens qui le comprennent. La lecture des parcours d'autres personnes atteintes du TSPT peut vous aider à vous sentir moins isolé dans votre expérience.


Lire le document complet.


Bibliographie

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.). (DSM-5)

Akiki TJ, et al. (2017). The association of PTSD symptom severity with localized hippocampus and amygdala abnormalities.
https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/2470547017724069

Carras MC, et al. (2018). Connection, meaning, and distraction: A qualitative study of video game play and mental health recovery in veterans treated for mental and/or behavioral health problems.
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30257787/

Krediet E, et al. (2020). Reviewing the potential of psychedelics for the treatment of PTSD.
https://academic.oup.com/ijnp/article/23/6/385/5805249

Medications for PTSD. (n.d.).
https://www.apa.org/ptsd-guideline/treatments/medications

Posttraumatic stress disorder. (n.d.).
https://www.nami.org/About-Mental-Illness/Mental-Health-Conditions/Posttraumatic-Stress-Disorder

PTSD: National center for PTSD. (n.d.)
https://www.ptsd.va.gov/understand/common/common_veterans.asp

PTSD treatments. (n.d.).
https://www.apa.org/ptsd-guideline/treatments%E2%80%A8

Schouten KA, et al. (2017). Trauma-focused art therapy in the treatment of post-traumatic stress disorder: A pilot study.
https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/15299732.2018.1502712

Hourani L, et al. (2014). Gender differences in the expression of PTSD symptoms among active duty military personnel.
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S088761851400173X

Effects of PTSD on family. (2020).
https://www.ptsd.va.gov/family/effect_families.asp

Cross D, et al. (2015). Childhood trauma, PTSD, and problematic alcohol and substance use in low-income, African-American men and women.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4461539/

Shand LK, et al. (2014). Symptoms of posttraumatic stress in Australian women with ovarian cancer.
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/pon.3627

Bohus M, et al. (2020). Dialectical behavior therapy for posttraumatic stress disorder (DBT-PTSD) compared with cognitive processing therapy (CPT) in complex presentations of ptsd in women survivors of childhood abuse: A randomized clinical trial.
https://jamanetwork.com/journals/jamapsychiatry/article-abstract/2768029

Stein MB, et al. (2021). Ketamine for PTSD: Well, isn't that special.
https://ajp.psychiatryonline.org/doi/10.1176/appi.ajp.2020.20121677

Wilson G, et al. (2018). The use of eye-movement desensitization reprocessing (EMDR) therapy in treating post-traumatic Stress Disorder—A systematic narrative review.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5997931/

Larsen SE. (2019). Hypersexual behavior as a symptom of PTSD: Using cognitive processing therapy in a veteran with military sexual trauma-related PTSD.
https://link.springer.com/article/10.1007/s10508-018-1378-1

Stress effects on the body. (2018).
https://www.apa.org/topics/stress/body

Real-time fMRI neurofeedback training of the amygdala activity with simultaneous EEG in veterans with combat-related PTSD (2018).
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2213158218301190

The Association of PTSD Symptom Severity With Localized Hippocampus and Amygdala Abnormalities (2017).
https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/2470547017724069

GABAergic mechanisms regulated by miR-33 encode state-dependent fear (2016).
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4880671/

Psychotic symptoms in posttraumatic stress disorder (2000).
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17637580/

Childhood Trauma in Schizophrenia: Current Findings and Research Perspectives (2019).
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6448042/

Hearing Voices in Patients with Trauma (2020).
https://www.jwatch.org/na51114/2020/03/26/hearing-voices-patients-with-trauma

La Bouche de Jean-Pierre (1997) - moyen-métrage de Lucile Hadzihalilovic.

Tout le monde savait (2021) - livre de Valérie Bacot.

To Dance With The Devil (2022) - livre de Mickaël Vis.

L'Océan d'Escaliers

« Comprendre les personnes qui perdent le contact avec la réalité. »

Documentation vulgarisée, faisant référence à la psychologie cognitive et à la psychopathologie associées à la schizophrénie, partageant des témoignages et des réflexions sur la maladie et sa prise en charge, destinée aux différents professionnels de santé ainsi qu'aux personnes concernées et à leurs familles.

Inclut les témoignages d'une personne et de sa famille.

Sommaire
- Qu'est-ce que la schizophrénie?
- La réprobation sociale.
- Les causes de la schizophrénie.
- Les phases de la schizophrénie.
- Les symptômes positifs.
- Les symptômes négatifs.
- Les symptômes de désorganisation.
- Les épisodes psychotique.
- Derrière la maladie.

Documentation enregistrée sous l'égide des huissiers de Justice de Paris, mis à disposition selon les termes de la législation française et internationale sur les droits d’auteur.

Qu'est-ce que la schizophrénie ?

La schizophrénie est une maladie mentale chronique qui affecte les pensées, les sentiments et les comportements. Elle se caractérise par des symptômes tels que des délires et des hallucinations.

N'importe qui peut la développer. Cette maladie mentale se développe le plus souvent à la fin de l'adolescence et au début de la trentaine. Elle toucherait environ 0,7 à 1 % de la population mondiale, et environ 600 000 personnes en France.

Les idées fausses et la stigmatisation entourant ce trouble sont courantes. Malgré les progrès réalisés dans la compréhension de ses causes et de son traitement, la maladie peut être difficile pour les chercheurs, les prestataires de soins de santé et, en particulier, ceux qui la vivent.

La gestion de la schizophrénie nécessite un traitement continu, il est donc important de connaître vos options et de savoir comment vous aider ou aider quelqu'un d'autre vivant avec la maladie.

Symptômes de la schizophrénie

Certains symptômes de la schizophrénie peuvent être plus faciles à reconnaître car ils se démarquent nettement du comportement habituel d'une personne.

Les symptômes de la schizophrénie sont souvent classés en trois dimensions : positive, négative et désorganisation. Vous pouvez considérer les symptômes comme ceux qui ajoutent des comportements (positifs) et ceux qui les diminuent (négatifs).

Par exemple, les symptômes de la dimension positive impliquent souvent des hallucinations ou des délires, des symptômes que tout le monde ne connaîtrait pas. Les symptômes de la dimension négative perturbent les émotions, les comportements et les capacités communs, entrainant par exemple un manque d'émotion.

  1. Dimension positive : Modification du vécu (perturbation de la relation à l'environnement et à son propre corps – hallucinations et délires)
  2. Dimension négative : Incapacité à agir ou éprouver
  3. Dimension de désorganisation : Incapacité à construire son comportement et son discours selon un plan structuré

1. Les symptômes positifs :

  • Hallucinations verbales : Audition de voix alors que personne ne s'exprime
  • Hallucinations cénesthésiques : Sensations corporelles profondes sans support organique
  • Syndrome d'influence : Sensation de contrôle de ses actions par une force extérieure
  • Pensées imposées : Pensées placées dans sa tête par une force extérieure
  • Diffusion de la pensée : Impression que les autres lisent les pensées
  • Vol de la pensée : Impression que les autres dérobent des pensées
  • Idées délirantes : Convictions non fondées sur des faits réels (illusions)

2. Les symptômes négatifs :

  • Aboulie : Affaiblissement de la volonté
  • Apragmatisme : Incapacité à entreprendre des actions
  • Anhédonie : Incapacité à ressentir du plaisir
  • Anergie physique : Manque d'énergie, absence d'initiative
  • Incurie : Impossibilité de prendre soin de soi

3. Les symptômes de désorganisation :

  • Incohérence motrice : Activité désordonnée
  • Incohérence du discours, schizophasie : Langage peu ou non compréhensible
  • Paralogismes, néologismes : Emploi de termes inappropriés ou inventés
  • Barrages : Arrêts brutaux du discours
  • Bizarreries : Comportement ou langage décalés

Selon le DSM-5, pour recevoir un diagnostic de schizophrénie, une personne doit ressentir au moins deux des symptômes suivants, la plupart du temps pendant au moins un mois :

  • Délires (illusions)
  • Hallucinations
  • Discours incohérent ou discours qui passe rapidement d'un sujet à l'autre
  • Comportement gravement désorganisé tel que des problèmes de fonction motrice ou une agitation ou des vertiges inexplicables, ou une catatonie
  • Symptômes négatifs (par exemple, rester assis sans aucun intérêt à aller au travail, à l'école ou à participer à des activités)

Au moins un des trois premiers symptômes (délires, hallucinations et discours désorganisé) doit être présent.

Ces symptômes doivent affecter de manière significative un ou plusieurs domaines majeurs de votre vie, tels que votre travail, vos relations ou simplement le soin de vous-même en général.

Il doit également y avoir des signes continus de perturbation au cours des six derniers mois avec au moins un mois de symptômes actifs.

Délires (illusions)

Les délires sont des croyances fixes qui ne changent pas, même lorsque l'on vous donne des preuves que les croyances ne sont pas fondées sur la réalité.

Les gens peuvent avoir une variété de délires tels que :

  • Persécuteur (« les gens vont me faire du mal »)
  • Référentiel (« les gens m'envoient des signaux secrets »)
  • Grandiose (« je suis riche, célèbre et connu dans le monde entier »)
  • Érotomane (« je sais que cette personne est amoureuse de moi »)
  • Nihiliste (« la fin du monde approche ! »)
  • Somatique (« mon foie peut transformer n'importe quel poison en une substance inoffensive »)

Hallucinations

Les hallucinations impliquent des perceptions « irréelles » ou l'expérience de quelque chose que quelqu'un d'autre ne fait pas - comme voir quelque chose qui n'est pas vraiment là.

Les hallucinations peuvent affecter n'importe lequel de vos sens, mais elles se produisent le plus souvent sous forme d'hallucinations auditives, comme entendre des voix qui ne sont pas là.

Discours désorganisé

Le discours désorganisé renvoie à un discours ne contenant pas les connexions logiques attendues entre des pensées ou entre des questions et des réponses.

Une personne peut passer d'un sujet à un autre sans aller au bout de sa pensée. Les sujets peuvent être légèrement liés ou sans aucun rapport.

Diagnostic de la schizophrénie

Les gens reçoivent souvent un diagnostic de schizophrénie au début de l'âge adulte, lorsqu'ils vivent pour la première fois un épisode de délires ou d'hallucinations.

La condition est le plus souvent formellement diagnostiquée par un psychiatre. Cependant, vous pouvez d'abord demander l'aide de votre médecin traitant.

Votre professionnel de santé utilisera probablement une combinaison d'évaluations et de tests pour vous diagnostiquer, par exemple :

  • tests sanguins
  • examen physique
  • tests d'imagerie, y compris l'imagerie par résonance magnétique (IRM) ou la tomodensitométrie (TDM)
  • questions sur vos antécédents médicaux, votre santé mentale et vos antécédents médicaux familiaux

Il exclura également toute autre cause potentielle de symptômes telle que la consommation de substances ou d'autres problèmes de santé mentale.

Traitement de la schizophrénie

Bien qu'il n'y ait pas de remède contre la schizophrénie, il existe des traitements efficaces, notamment :

  • médicaments
  • psychothérapie
  • traitement de soutien social
  • réadaptation professionnelle
  • outils de bien-être, de style de vie et de soins personnels

Chaque personne réagit aux médicaments de différentes manières, il est donc important de travailler en étroite collaboration avec un médecin expérimenté dans le traitement de la schizophrénie. Les médicaments souvent utilisés pour la schizophrénie sont appelés antipsychotiques.

En plus des médicaments, de nombreuses personnes atteintes de schizophrénie bénéficient également d'une forme de psychothérapie ou de traitement de soutien social que l'on nomme la réhabilitation psychosociale.

Il existe diverses autres façons de gérer les symptômes de la schizophrénie :

  • suivre des routines quotidiennes structurées
  • obtenir le soutien d'amis, de la famille ou d'un groupe de soutien pour la schizophrénie
  • créer un plan pour savoir quoi faire en cas de crise
  • utiliser des techniques de soulagement du stress, car le stress peut exacerber les symptômes

Bien que vous puissiez gérer votre schizophrénie, des rechutes peuvent survenir et surviennent. Le maintien du traitement se fera généralement tout au long de votre vie.

Vivre et gérer la schizophrénie

Vivre avec la schizophrénie peut être difficile, comme pour toute maladie chronique, mais bien gérer et bien vivre avec la schizophrénie est possible

La meilleure façon de le faire est de trouver et de suivre un plan de traitement qui vous convient, de reconnaître votre état, d'éduquer les autres, et d'avoir un système de soutien lorsque des défis surviennent.

L'objectif des professionnels de santé est de vous aider à rester en dehors de l'hôpital et à prévenir de futurs épisodes ou rechutes. Travailler en étroite collaboration avec votre équipe de soins et la tenir informée de tout symptôme ou changement peut aider.

Certaines personnes peuvent se tourner vers la consommation de substances comme la drogue ou l'alcool pour aider à gérer ou à éviter les symptômes de leur maladie. Cela peut entraîner différents problèmes, alors contactez votre médecin si vous pensez que vous comptez sur des substances pour vous soulager.

Vous n'avez pas besoin de faire cavalier seul. Il est souvent très utile d'avoir le soutien de la famille, des amis ou d'autres personnes atteintes de schizophrénie. Trouvez des groupes de soutien par l'intermédiaire collectif-schizophrenies.com.

Il y a beaucoup à faire pour gérer la schizophrénie – soyez fier du travail et des efforts que vous consacrez à vivre avec et à gérer votre maladie.


Lire le document complet.


Bibliographie

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.). (DSM-5)

Help with schizophrenia. (2020).
https://www.psychiatry.org/patients-families/schizophrenia

Henricksen MG, et al. (2017). Genetics of schizophrenia: Overview of methods, findings and limitations.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5480258/

Impact of the DSM-IV to DSM-5 changes on the National Survey on Drug Use and Health. (2016).
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK519704/table/ch3.t22/

Lloyd J, et al. (2017). Treatment outcomes in schizophrenia: Qualitative study of the views of family carers.
https://bmcpsychiatry.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12888-017-1418-8

Mattila T, et al. (2015). Impact of DSM-5 changes on the diagnosis and acute treatment of schizophrenia.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4393695/

Onwordi EC, et al. (2020). Synaptic density marker SV2A is reduced in schizophrenia patients and unaffected by antipsychotics in rats.
https://www.nature.com/articles/s41467-019-14122-0

Patel KR, et al. (2014). Schizophrenia: Overview and treatment options.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4159061/

Schizophrenia. (n.d.).
https://www.nimh.nih.gov/health/publications/schizophrenia

Simeone JC, et al. (2015). An evaluation of variation in published estimates of schizophrenia prevalence from 1990-2013: A systematic literature review.
https://bmcpsychiatry.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12888-015-0578-7

What is schizophrenia? (2020).
https://www.psychiatry.org/patients-families/schizophrenia/what-is-schizophrenia

Fact sheet: First episode psychosis. (2015).
https://www.nimh.nih.gov/health/publications/understanding-psychosis

Phases of psychosis. (n.d.).
https://medicine.yale.edu/psychiatry/step/psychosis/#phases-of-psychosis

RAISE questions and answers. (n.d.).
https://www.nimh.nih.gov/research/research-funded-by-nimh/research-initiatives/recovery-after-an-initial-schizophrenia-episode-raise#10

How to identify substance-induced psychosis. (2021).
https://americanaddictioncenters.org/co-occurring-disorders/drug-psychosis-comorbidity

Gaweda L, et al. (2018). Cognitive mechanisms of alexithymia in schizophrenia: Investigating the role of basic neurocognitive functioning and cognitive biases.
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0165178118308795?via%3Dihub

Chaudhury S. (2010). Hallucinations: Clinical aspects and management.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3105559/

Correll C, et al. (2020). Negative symptoms in schizophrenia: A review and clinical guide for recognition, assessment, and treatment.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7041437/

Kimhy, D, et al. (2005). Delusions in individuals with schizophrenia: Factor structure, clinical correlates, and putative neurobiology.
https://karger.com/psp/article/38/6/338/284536/Delusions-in-Individuals-with-Schizophrenia-Factor

Edemekong P, et al. (2021). Activities of daily living.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK470404/

Mind UK. (2021). Self-care for psychosis.
https://www.mind.org.uk/information-support/types-of-mental-health-problems/psychosis/self-care/

Sevi, O. (2018). From vulnerability to resilience: A coping related approach to psychosis.
https://www.intechopen.com/chapters/61984

Collectif Schizophrénies - collectif-schizophrenies.com

Skhizein (2008) - court métrage de Jérémy Clapin.

La Schizophrénie : La reconnaître et la soigner (2006) - livre du Pr Nicolas Franck.

Dialogue avec moi-même: un schizophrène témoigne (2013) - livre de Polo Tonka.

Le Sentiment de Contrôle

« Comprendre les personnes souffrant de troubles alimentaires. »

Documentation vulgarisée, mention de psychologie cognitive liée aux divers troubles des conduites alimentaires, proposant plusieurs solutions thérapeutiques et témoignages, directement destinés aux personnes concernées et à leurs proches.

Inclut les témoignages de trois personnes.

Sommaire
- Que sont les troubles de l'alimentation?
- L'altération de l'état générale.
- Les symptômes psychologiques.
- Les symptômes physiques.
- Les symptômes comportementaux.
- La prise en charge pluridisciplinaire.

Documentation enregistrée sous l'égide des huissiers de Justice de Paris, mis à disposition selon les termes de la législation française et internationale sur les droits d’auteur.

Aucune estimation pour l'instant

Que sont les troubles de l'alimentation ?

Les personnes souffrant de troubles alimentaires ont généralement une relation difficile avec la nourriture et l'image corporelle.

Il existe plusieurs types de troubles alimentaires, chacun impliquant des symptômes différents. N'importe qui peut avoir un trouble de l'alimentation, sans distinction de race, de sexe, de sexualité et d'autres caractéristiques démographiques.

Selon la National Association of Anorexia Nervosa and Associated Disorders (l'association nationale de l'anorexie mentale et des troubles associés), les troubles de l'alimentation touchent au moins 9 % de la population mondiale. Les troubles de l'alimentation affectent la santé mentale et physique. Ils peuvent mettre la vie en danger s'ils ne sont pas traités.

En savoir plus sur les troubles de l'alimentation peut être une première étape essentielle pour trouver les bonnes options de traitement et de soutien pour vous ou quelqu'un que vous connaissez.

Types et symptômes

Chaque trouble de l'alimentation a son propre ensemble de symptômes, mais de nombreuses personnes présenteront une combinaison de symptômes de trouble de l'alimentation. Votre condition et la façon dont elle vous affecte vous seront uniques. Les troubles de l'alimentation peuvent affecter votre santé physique et mentale. Ils peuvent également avoir une grande influence sur vos comportements.

Les troubles de l'alimentation courants comprennent :

  • Anorexie nerveuse (mentale). L'anorexie est marquée par la restriction de la quantité de nourriture que vous mangez.
  • Boulimie nerveuse (mentale). La boulimie implique un cycle de frénésie et de purge, où quelqu'un mange beaucoup de nourriture et utilise ensuite une méthode pour s'en débarrasser.
  • Trouble de l'hyperphagie boulimique. Les personnes atteintes mangent de grandes quantités de nourriture et se sentent incontrôlables, comme si elles ne pouvaient pas arrêter de manger.
  • Trouble d'alimentation évitante/restrictive. Dans ce trouble, les gens limitent la quantité et le type de nourriture qu'ils mangent, mais ne ressentent pas de détresse à propos de leur poids ou de leur image corporelle.
  • Pica. Ce trouble de l'alimentation implique que quelqu'un mange des choses qui ne sont pas de la nourriture, comme de la saleté ou de la peinture.
  • Trouble de la rumination. Les personnes atteintes de cette maladie régurgitent leur nourriture en la mâchant, en la réavalant ou en la crachant sur une période d'un mois.
  • Autre trouble spécifié de l'alimentation ou de l'alimentation (OSFED). Ce diagnostic est posé lorsqu'une personne présente des symptômes de troubles de l'alimentation mais ne répond pas aux critères de l'un des troubles de l'alimentation ci-dessus.

Symptômes psychologiques

Les personnes souffrant de troubles de l'alimentation ont tendance à être préoccupées ou incapables d'arrêter de penser à la nourriture, au poids et à l'image corporelle. Cela peut avoir un impact émotionnel et mental important.

Certains symptômes psychologiques d'un trouble de l'alimentation comprennent :

  • penser souvent à la nourriture, au poids et à l'image corporelle
  • dépression
  • se sentir anxieux, irritable, coupable ou honteux
  • se sentir « plat » ou un manque d'émotions
  • changement d'humeur
  • distorsion de l'image corporelle, comme croire que vous semblez plus grand que vous ne l'êtes réellement

Symptômes physiques

Les troubles de l'alimentation peuvent avoir un impact significatif sur votre santé physique. Des changements drastiques dans l'alimentation, la purge et d'autres comportements peuvent affecter votre santé et votre corps.

Les symptômes physiques des troubles de l'alimentation peuvent inclure :

  • changements de poids - à la hausse, à la baisse ou fluctuants
  • avoir froid tout le temps
  • perte de cheveux
  • étourdissements, évanouissement ou sensation de tête légère
  • gonflement autour de votre mâchoire, signe de vomissements continus
  • dents tachées ou décolorées et carie dentaire due aux vomissements
  • problèmes d'estomac, comme la constipation, les crampes ou la douleur
  • déshydratation et carences nutritionnelles

Bien que les troubles de l'alimentation puissent provoquer ces symptômes physiques, ainsi que d'autres, tout le monde n'en aura pas. Les troubles de l'alimentation et leurs effets sont différents d'une personne à l'autre.

Symptômes comportementaux

Certains comportements sont courants chez les personnes vivant avec des troubles de l'alimentation. Les gens sont souvent discrets sur leurs comportements concernant la nourriture et l'image corporelle. Ces comportements peuvent rendre les gens de plus en plus isolés ou coupables.

Les symptômes comportementaux peuvent inclure :

  • porter des vêtements amples ou plusieurs couches de vêtements
  • manger fréquemment seul et éviter les repas avec d'autres personnes ou en public
  • régime constant
  • pensée rigide sur la nourriture, l'image corporelle ou le poids, comme penser à certains aliments comme bons ou mauvais
  • s'isoler des autres

Causes et facteurs de risque

Les experts tentent toujours de comprendre ce qui cause exactement les troubles de l'alimentation. Il est important de noter que les troubles de l'alimentation ne sont pas un simple problème de « vanité », mais un problème de santé mentale compliqué.

De nombreuses personnes utilisent des comportements liés aux troubles de l'alimentation pour faire face à des émotions et à des expériences pénibles.

Certains facteurs contributifs peuvent augmenter la probabilité qu'une personne développe un trouble de l'alimentation :

  • La génétique. Avoir des antécédents familiaux de troubles de l'alimentation ou d'autres problèmes de santé mentale peut augmenter les chances de développer un trouble de l'alimentation.
  • Facteurs environnementaux. Grandir dans une culture qui assimile un certain type de corps au succès ou au bonheur peut exercer une pression sur les gens pour qu'ils respectent des normes irréalistes.
  • Facteurs psychologiques. Les personnes qui ne sont pas satisfaites de leur apparence ou qui font face au perfectionnisme peuvent avoir un risque plus élevé. Avoir un problème de santé mentale, comme l'anxiété, peut également augmenter le risque d'une personne.

Avoir un ou plusieurs de ces facteurs de risque ne signifie pas que vous aurez un trouble de l'alimentation.

Quelles sont mes options de traitement ?

Si vous pensez souffrir d'un trouble de l'alimentation, il est important de demander de l'aide. Les troubles de l'alimentation peuvent être pénibles, inconfortables et, dans certains cas, mettre la vie en danger.

Un professionnel de la santé peut vous fournir un diagnostic précis, vous orienter vers un spécialiste des troubles de l'alimentation et vous suggérer les options de traitement qui vous conviennent le mieux.

Les options de traitement des troubles de l'alimentation varient d'une personne à l'autre, mais comprennent généralement :

  • psychothérapie
  • médicaments pour traiter des conditions coexistantes
  • travailler avec un nutritionniste

En thérapie, vous pouvez demander à votre thérapeute de traiter les raisons sous-jacentes de votre trouble de l'alimentation. Un thérapeute peut également prendre en charge tous les sentiments qui surviennent au fur et à mesure que vous vous rétablissez.

Bien qu'il n'y ait pas de médicaments spécifiques prescrits pour les troubles de l'alimentation, les médicaments peuvent vous aider à gérer certains symptômes physiques des troubles de l'alimentation comme la constipation. Prendre des médicaments peut également aider avec d'autres problèmes de santé mentale ou symptômes que vous avez, tels que la dépression ou l'anxiété.

Une rencontre avec un nutritionniste, en plus de la psychothérapie, peut vous aider à remettre en question les idées rigides concernant la nourriture, le corps et le poids. Ils peuvent fournir des informations nutritionnelles précises pour soutenir votre rétablissement. Les nutritionnistes peuvent également créer un plan de repas qui répond à vos besoins nutritionnels.

Vous voudrez peut-être rechercher spécifiquement un nutritionniste spécialisé ou expérimenté dans les troubles de l'alimentation.

Certaines personnes reçoivent également un traitement ambulatoire, ce qui signifie qu'elles vivent à domicile tout en travaillant avec une équipe de traitement. D'autres ont besoin de soins plus intensifs, ce qui signifie parfois recevoir un traitement dans un hôpital ou un établissement résidentiel (c'est-à-dire un traitement hospitalier).

Votre niveau de traitement dépendra du type de soutien dont vous avez besoin pour vous rétablir de votre trouble de l'alimentation.


Lire le document complet.


Bibliographie

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.). (DSM-5)

What are eating disorders? (n.d.).
https://www.nationaleatingdisorders.org/what-are-eating-disorders

Eating disorders: About more than just food. (2018).
https://www.nimh.nih.gov/health/publications/eating-disorders

Eating disorders. (n.d.).
https://www.nami.org/About-Mental-Illness/Mental-Health-Conditions/Eating-Disorders

Questions to ask treatment providers. (n.d.).
https://www.nationaleatingdisorders.org/learn/general-information/questions-to-ask

Eating disorders. (2016).
https://www.nimh.nih.gov/health/topics/eating-disorders

Eating disorder statistics. (n.d.).
https://anad.org/eating-disorders-statistics/

Murphy R, et al. (2010). Cognitive behavioral therapy for eating disorders.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2928448/

Warning signs and symptoms. (n.d.).
https://www.nationaleatingdisorders.org/warning-signs-and-symptoms

How to talk to a loved one about an eating disorder. (n.d.).
https://www.nationaleatingdisorders.org/toolkit/parent-toolkit/how-to-talk-to-a-loved-one

Golden NH, et al. (2020). Atypical anorexia nervosa can be just as bad.
https://www.ccjm.org/content/87/3/172.long

BDD symptoms & related disorders. (n.d).
https://adaa.org/understanding-anxiety/body-dysmorphic-disorder/symptoms-related-disorders

Gorbis E. (2021). Mirror, mirror on the wall... you are the ugliest of all says body dysmorphic disorder (BDD).
https://adaa.org/learn-from-us/from-the-experts/blog-posts/consumer/mirror-mirror-wall

Singh AR, et al. (2019). Understanding and treating body dysmorphic disorder.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6343413/

Bulik CM, et al. (2016). Genetic epidemiology of eating disorders.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5356465/

Hail L, et al. (2018). Bulimia nervosa in adolescents: Prevalence and treatment challenges.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5757497/

Harrington BC, et al. (2015). Initial evaluation, diagnosis, and treatment of anorexia nervosa and bulimia nervosa.
https://www.aafp.org/pubs/afp/issues/2015/0101/p46.html

Koutek J, et al. (2016). Suicidal behavior and self-harm in girls with eating disorders.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4833374/

National Collaborating Centre for Mental Health (UK). (2004). Eating disorders: Core interventions in the treatment and management of anorexia nervosa, bulimia nervosa and related eating disorders.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK49318/

Lene Marie ou le vrai visage de l'anorexie (2020) - documentaire sur la vie de Lene Marie Fossen.

La petite fille qui ne voulait pas grossir (2008) - livre d'Isabelle Caro.

L'Écriture Linéaire

« Comprendre les personnes qui subissent les schémas persistants de leurs pensées. »

Documentation vulgarisée, mention de psychologie cognitive liée aux dix troubles de la personnalité, partageant plusieurs témoignages de personnes concernées par une de ces conditions mentales.

Inclut les témoignages de dix personnes.

Sommaire
- Qu'est-ce qu'un trouble de la personnalité?
- Le trouble de la personnalité paranoïaque.
- Le trouble de la personnalité schizotypique.
- Le trouble de la personnalité schizoïde.
- Le trouble de la personnalité narcissique.
- Le trouble de la personnalité antisociale.
- Le trouble de la personnalité limite.
- Le trouble de la personnalité histrionique.
- Le trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive.
- Le trouble de la personnalité dépendante.
- Le trouble de la personnalité évitante.

Documentation enregistrée sous l'égide des huissiers de Justice de Paris, mis à disposition selon les termes de la législation française et internationale sur les droits d’auteur.

Aucune estimation pour l'instant

Qu'est-ce qu'un trouble de la personnalité ?

Vous êtes unique. Et cela, sans aucun doute, est principalement à votre mérite - mais c'est aussi le résultat de l'endroit où vous avez été, de ce que vous avez vécu et avec qui vous l'avez vécu.

Ce caractère unique, qui provient d'une combinaison de facteurs externes, de comportements, de pensées et d'émotions, constitue votre personnalité. Il englobe la façon dont vous, en tant qu'individu, vous voyez et vous rapportez à vous-même et aux autres.

Parfois, certains de ces comportements, pensées et émotions peuvent vous causer une grande détresse qui a un impact négatif sur votre façon de fonctionner dans le monde. Lorsque cela se produit pendant une longue période – et à plusieurs reprises – les professionnels de la santé mentale appellent cela un trouble de la personnalité.

Un trouble de la personnalité est un diagnostic clinique, établi sur des critères précis de symptômes constant, ayant des répercussions sur la vie d'un individu. Il ne faut donc absolument pas confondre un trouble de la personnalité avec la personnalité, une personne ne se définit pas par une maladie ou un trouble.

Quels sont les troubles de la personnalité ?

Avec un trouble de la personnalité, vous ressentez généralement des émotions et des pensées qui diminuent votre capacité à :

  • faire face et s'adapter au stress
  • se connecter et créer des liens avec d'autres personnes
  • résoudre efficacement les problèmes

Par exemple, si vous souffrez d'un trouble de la personnalité, votre réaction à la perte d'un emploi pourrait être de blâmer vos collègues pour le licenciement et de vous disputer avec votre patron. Vous ne réalisez peut-être pas comment certains de vos comportements vous ont amené à faire face à ces difficultés.

Maintenant, il est vrai que les personnes qui ne vivent pas avec un trouble de la personnalité pourraient avoir la même réaction. Nous pouvons tous parfois nous sentir en colère, émotifs et paranoïaques.

Mais si vous faites face au stress de la même manière à chaque fois et que ces traits sont à l'origine de problèmes persistants dans votre vie, un professionnel de la santé mentale peut établir le diagnostic d'un trouble de la personnalité.

En d'autres termes, la plupart des gens pourraient reconnaître en eux-mêmes quelques traits d'un trouble de la personnalité.

Votre personnalité vous aide à fonctionner dans la vie, avec tous les défis qui peuvent généralement survenir. Cela signifie que même si vous traversez des situations douloureuses ou stressantes, vous aurez de fortes chances de les surmonter et de passer à autre chose.

La façon dont vous faites face aux difficultés peut être différente de la façon dont quelqu'un d'autre le fait. Nous avons tous nos propres moyens de nous en sortir, et cela dépend grandement de nos traits de personnalité dominants.

Par exemple, vous pouvez être, entre autres, patient, résilient et persévérant. Ces traits de personnalité peuvent vous aider à surmonter la perte d'un emploi et à vous motiver à en trouver un nouveau et de meilleure qualité.

Ils vous aideront à rebondir après vos premiers sentiments de déception et à consacrer du temps à trouver un autre poste. Même si vous savez que cela n'arrivera peut-être pas du jour au lendemain, vous restez motivé.

Vous pouvez également réfléchir aux circonstances qui vous ont conduit ici, assumer la responsabilité (le cas échéant) et prendre note des leçons apprises.

Si vous souffrez d'un trouble de la personnalité, ce n'est pas le cas.

Pour recevoir réellement le diagnostic, vous devrez montrer tous ou presque tous les traits qui caractérisent ce trouble. En outre, ces traits vous causeraient beaucoup de détresse et de problèmes dans votre vie.

Tous les troubles de la personnalité n'ont pas les mêmes symptômes et traits dominants. Quelque chose qu'ils ont tous en commun, cependant, est que les personnes atteintes de cette condition éprouvent des difficultés à répondre aux exigences de la vie.

Ces difficultés touchent :

  • des relations
  • le rendement au travail
  • visions du monde
  • expériences intérieures

Ce n'est pas un choix personnel. Les troubles de la personnalité sont le résultat de nombreux facteurs qui ont influencé votre vie, notamment :

  • l'héritage génétique
  • processus biologiques
  • développement de l'apprentissage
  • expériences culturelles
  • situations traumatisantes
  • relations d'enfance

Il n'y a pas de cause unique aux troubles de la personnalité. Et on ne sait pas pourquoi tout le monde ne réagit pas de la même manière aux mêmes facteurs externes et internes.

C'est pourquoi les experts pensent que la cause pourrait être une combinaison spécifique de tout ce qui précède.

Comment les troubles de la personnalité sont-ils diagnostiqués ?

Les troubles de la personnalité sont des troubles de santé mentale. Cela signifie que seul un professionnel de la santé mentale qualifié peut poser un diagnostic approprié.

Pour ce faire, ils suivront les directives établies en matière de santé mentale.

Les lignes directrices pour diagnostiquer un trouble de la personnalité proviennent généralement du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), publié par l'American Psychiatric Association. Ce manuel contient des définitions, des symptômes et des critères de diagnostic pour la plupart des problèmes de santé mentale.

Pour poser un diagnostic, un professionnel de la santé mentale voudra en savoir plus sur vos antécédents personnels et médicaux et évaluer vos pensées, vos émotions et vos comportements. Ensuite, ils compareront ces observations aux critères établis par la dernière édition du DSM — actuellement la cinquième édition (DSM-5).

Plus précisément, les cinq critères qui doivent être remplis pour poser un diagnostic de trouble de la personnalité sont :

1. Déficiences

Ce sont des difficultés que vous rencontrez dans la façon dont vous vous voyez et vous vous rapportez à vous-même (identité et estime de soi) et comment vous vous connectez aux autres (intimité).

En d'autres termes, il s'agit de pensées, d'émotions et de comportements récurrents qui pourraient être blessants pour vous-même et pour les autres.

2. Traits de personnalité pathologiques

Pour poser un diagnostic, un professionnel de la santé mentale recherchera un modèle de longue date de traits pathologiques.

Ce sont des traits qui vous empêchent encore et toujours d'interagir avec les autres ou de vous adapter au changement. Ou ils peuvent être des traits qui ne sont pas attendus ou acceptés dans votre culture.

3. Durée et flexibilité

Pour être considérés comme un trouble de la personnalité, ces déficiences et traits de personnalité pathologiques doivent être stables, inflexibles et cohérents tout au long de votre vie.

En d'autres termes, vous avez vécu ces difficultés et ces réponses pendant longtemps et à plusieurs reprises dans différentes situations.

4. Indépendant de la culture ou du stade de développement

Cela signifie que les comportements et les pensées spécifiques que votre thérapeute examine ne peuvent pas être expliqués par vos coutumes culturelles ou par les capacités et les besoins de votre âge.

Par exemple, un trait d'impulsivité chez un adolescent est presque attendu dans certaines circonstances. Mais si vous avez la quarantaine, cette même impulsivité peut être évaluée différemment.

5. Non lié à des facteurs externes

Un professionnel de la santé mentale voudra s'assurer que ces comportements, émotions et pensées ne sont pas le résultat d'une substance que vous prenez ou d'un problème de santé général ou d'une blessure que vous avez subie.

En somme, si ces cinq conditions sont remplies, un professionnel de la santé mentale peut vous diagnostiquer un trouble de la personnalité.

Comme ils sont au nombre de 10, ce diagnostic ne sera pas le même pour tout le monde. Cela dépendra des déficiences spécifiques et des traits de personnalité qui peuvent avoir le plus d'impact sur votre vie.

Types de troubles de la personnalité

Les 10 troubles de la personnalité existants sont classés en trois groupes. Celles-ci sont basées sur les réponses émotionnelles et les comportements les plus représentatifs :

Groupe A : étrange et excentrique

  • Trouble de la personnalité paranoïaque
  • Trouble de la personnalité schizotypique
  • Trouble de la personnalité schizoïde

Groupe B : dramatique, émotionnel et erratique

  • Trouble de la personnalité narcissique
  • Trouble de la personnalité antisociale
  • Trouble de la personnalité limite (borderline)
  • Trouble de la personnalité histrionique

Groupe C : peureux et anxieux

  • Trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive
  • Trouble de la personnalité dépendante
  • Trouble de la personnalité évitante

Ceci est juste un aperçu de tous les types de troubles de la personnalité. Pour établir un diagnostic, cela va bien au-delà de la simple observation de quelques comportements.

Troubles de la personnalité du groupe A

Les personnes atteintes de troubles de la personnalité du groupe A ont des difficultés à établir des relations avec les autres et se comportent souvent d'une manière que les autres pourraient considérer comme étrange ou excentrique.

1. Trouble de la personnalité paranoïaque

Les personnes diagnostiquées avec un trouble de la personnalité paranoïaque interprètent généralement les comportements des autres comme menaçants ou critiques, même lorsque ce n'est pas le cas.

Si vous souffrez de ce trouble de la personnalité, vous aurez tendance à percevoir les autres autour de vous comme étant trompeurs, condescendants ou méchants envers vous. Cela pourrait vous faire vous sentir méfiant et en colère tout le temps, vous amenant à avoir des explosions destructrices et à éviter de développer des relation

Les autres peuvent également vous percevoir comme émotionnellement détaché.

2. Trouble de la personnalité schizotypique

Un trouble de la personnalité schizotypique peut vous amener à vous sentir très anxieux dans des situations sociales et mal à l'aise dans les relations intimes. Il se peut aussi que vous ayez une façon excentrique de vous habiller et de parler, et que d'autres vous trouvent très particulier.

Les personnes atteintes de ce trouble de la personnalité peuvent également avoir :

  • idées paranoïaques
  • croyances étranges
  • pensée déformée

Par exemple, vous pouvez sentir que vous pouvez lire dans les pensées des autres, voir dans l'avenir ou avoir des relations étroites avec des êtres d'une autre planète.

Vous pouvez également détester parler avec d'autres personnes et vous parler souvent à vous-même.

3. Trouble de la personnalité schizoïde

Les personnes diagnostiquées avec un trouble de la personnalité schizoïde sont généralement timides, renfermées, distantes et insensibles à la société. Ils sont aussi généralement très désintéressés des autres.

Si vous avez reçu un diagnostic de trouble de la personnalité, vous pourriez vous retrouver absorbé par la rêverie et les fantasmes. Ces fantasmes pourraient être plus intéressants pour vous que ce qui se passe réellement autour de vous.

Vous pouvez également vous retirer activement et manquer d'intérêt pour l'intimité avec d'autres personnes, y compris des parents proches. Cela pourrait amener les autres à vous décrire comme froid et détaché.

Troubles de la personnalité du groupe B

Les troubles de la personnalité du groupe B mettent généralement en évidence des difficultés à contrôler vos propres émotions et une tendance à agir de manière imprévisible.

4. Trouble de la personnalité narcissique

Les symptômes les plus typiques du trouble de la personnalité narcissique sont :

  • un sentiment exagéré de suffisance
  • un besoin constant d'attention et d'éloges
  • un manque d'empathie envers les autres

Avec le trouble de la personnalité narcissique, vous pouvez vous sentir supérieur à tout le monde et fantasmer souvent sur la beauté, le pouvoir, l'argent et le succès illimités. Pour les gagner, vous pouvez penser qu'il est nécessaire d'écarter les autres par tous les moyens, sans reconnaître leurs besoins ou leurs sentiments.

Vous pourriez également être extrêmement sensible aux critiques et aux échecs et connaître des variations intenses de votre humeur.

5. Trouble de la personnalité antisociale

Les professionnels de la santé mentale diagnostiquent une personne atteinte d'un trouble de la personnalité antisociale lorsqu'il y a un affichage persistant de comportements impulsifs, imprudents et agressifs et qu'il n'y a aucun remords à leur sujet.

Ces actions récurrentes peuvent provenir de :

  • ne pas réaliser comment vos actions affectent les autres
  • blâmer les autres pour ce qui se passe dans votre vie
  • se sentir constamment dépassé et frustré

Vous pouvez avoir des antécédents de relations violentes, de problèmes juridiques et même de toxicomanie si vous souffrez de ce trouble de la personnalité.

6. Trouble de la personnalité limite (borderline)

Vous pouvez ressentir des fluctuations constantes et intenses de votre humeur si vous souffrez d'un trouble de la personnalité limite (borderline). Ces changements dans la façon dont vous vous sentez peuvent également avoir un impact sur la façon dont vous pensez et vous sentez à propos de vous-même.

Vous pouvez également avoir tendance à penser aux autres en termes « noirs et blancs ». Vous pourriez penser que quelqu'un est parfait aujourd'hui, puis ne plus vouloir vous associer à lui demain.

Cette tendance à se sentir constamment déçu par les gens peut également vous amener à ressentir des sentiments de vide et de désespoir.

Si vous avez développé un trouble borderline, vous pouvez également détester être seul et craindre l'abandon, ce qui pourrait vous amener à utiliser des tactiques de manipulation telles que l'automutilation, un traitement silencieux ou des avertissements suicidaires.

Le terme « limite » est considéré comme controversé car il a été utilisé à mauvais escient pour juger ou discriminer des groupes de personnes. Nous désignons ici ce terme comme un diagnostic clinique établi par le DSM-5 et non comme un jugement. En France l'utilisation anglaise borderline de ce terme est d'ailleurs plus souvent mise en avant pour éviter ce sentiment.

7. Trouble de la personnalité histrionique

Une personne atteinte d'un trouble de la personnalité histrionique estime qu'elle doit être le centre d'attention dans toutes les situations. Cela peut conduire à des comportements trop dramatiques que d'autres pourraient percevoir comme étranges et inappropriés.

Si vous vivez avec ce trouble de la personnalité, vous pouvez vous sentir anxieux et frustré si les autres vous ignorent ou accordent plus d'attention à quelqu'un d'autre que vous. Vous pouvez également accorder beaucoup d'importance à votre apparence physique et la modifier d'une manière qui, selon vous, attirera davantage l'attention sur vous.

Troubles de la personnalité du groupe C

Les personnes atteintes de troubles de la personnalité du groupe C vivent généralement avec de forts sentiments d'anxiété, de doute et de peur.

8. Trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive

Le trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive n'est pas la même chose que le trouble obsessif-compulsif (TOC). Une personne atteinte du trouble de la personnalité n'est probablement pas consciente de son comportement, tandis qu'une personne atteinte de TOC réalise que ses obsessions et ses compulsions ne sont pas rationnelles.

Si vous vivez avec un trouble de la personnalité obsessionnel-compulsif, vous pouvez rechercher la perfection dans tous les aspects de votre vie. Pour y parvenir, vous pourriez vous retrouver à entreprendre bien plus que vous ne pouvez en supporter, et vous pourriez avoir l'impression qu'aucune réussite n'est jamais suffisante.

D'autres personnes pourraient vous considérer comme très fiable, ordonné, mais aussi inflexible, têtu et strict. Cela peut être dû au fait que vous avez généralement du mal à vous adapter au changement ou aux opinions changeantes.

Vous pouvez également prendre beaucoup de temps à prendre une décision et à effectuer des tâches quotidiennement parce que vous voulez que tout soit parfait. Lorsque vous ne pouvez pas contrôler la situation ou que les choses changent autour de vous, vous pouvez vous sentir extrêmement anxieux et vulnérable.

9. Trouble de la personnalité dépendante

Une personne atteinte d'un trouble de la personnalité dépendante est généralement soumise, laissant les autres prendre le contrôle de sa vie et de ses décisions. Il peut également y avoir un fort besoin que les autres prennent soin de vous.

Si vous vivez avec ce trouble de la personnalité, vous pourriez avoir du mal à prendre des décisions par vous-même. Vous préférez demander l'avis des autres ou suivre ce qu'ils décident dans chaque situation.

Vous pouvez également vous sentir extrêmement blessé si quelqu'un vous critique ou vous rejette.

Vous pouvez être perçu comme quelqu'un qui plaît aux gens et vous pourriez vous sentir très anxieux lorsque vous êtes seul. Vous pourriez ne pas vous sentir à l'aise de faire quoi que ce soit par vous-même.

Vous pouvez également compter sur vos relations et devenir déprimé si l'une d'entre elles se termine.

10. Trouble de la personnalité évitante

Un diagnostic de trouble de la personnalité évitante peut signifier que vous avez extrêmement peur du rejet et de l'abandon. Cela pourrait vous amener à éviter presque toutes les activités et événements sociaux, même si, en interne, vous souhaiteriez y aller.

Avec ce trouble de la personnalité, vous pouvez également vous sentir mal à l'aise avec les autres, craignant de dire quelque chose de stupide ou d'inapproprié. Parfois, si vous êtes placé dans une situation où vous devez interagir avec les autres, vous pouvez finir par rougir, pleurer et trembler.

Les personnes atteintes de ce trouble de la personnalité ressentent le besoin de se connecter aux autres et d'établir des relations étroites, mais elles ne le font pas à cause de leurs insécurités. Ceci, à son tour, les rend très contrariés.

Traitement des troubles de la personnalité

La recherche montre que la psychothérapie à long terme est le traitement le plus efficace pour les troubles de la personnalité. Cela peut vous aider à explorer vos pensées et vos émotions et la façon dont elles vous affectent, vous et les autres.

La thérapie peut également vous aider à gérer certains de vos symptômes afin que vous puissiez faire face plus efficacement à certaines situations.

Certains symptômes peuvent être traités avec des médicaments tels que des antidépresseurs. Mais ce n'est pas le cas pour chaque trouble de la personnalité ou chaque cas individuel.

Parfois, votre médecin peut recommander d'inclure d'autres professionnels de la santé dans votre traitement. Ils peuvent également suggérer à vos proches de vous rejoindre pour quelques séances de thérapie, si vous les approuvez.

Parce que les troubles de la personnalité ont tous des symptômes et des déclencheurs différents, ils ne sont pas tous traités de la même manière. Le type d'approche que votre médecin choisira dépendra de vos symptômes, de leur intensité et de vos antécédents personnels et médicaux.

De manière générale, la psychothérapie des troubles de la personnalité visera à :

  • augmenter votre capacité d'adaptation au stress
  • diminuer ou gérer les comportements qui pourraient vous causer des problèmes au travail ou dans vos relations
  • augmenter votre capacité à gérer vos humeurs
  • réduire votre détresse
  • vous aider à comprendre votre responsabilité dans des situations stressantes

Ce ne sont que des objectifs généraux. En discutant avec votre thérapeute, vous aurez la possibilité de participer à votre traitement et de fixer vos propres objectifs.

Voici quelques-uns des types de psychothérapie les plus couramment utilisés pour les troubles de la personnalité :

  • thérapie cognitivo-comportementale
  • thérapie psychanalytique (moderne)
  • thérapie comportementale dialectique
  • thérapie de schéma

Le traitement des troubles de la personnalité est généralement à long terme. Cela demande un engagement fort et de la persévérance de votre part. Mais vous pourriez ressentir un soulagement et apprendre à gérer certaines émotions si vous poursuivez votre traitement.


Lire le document complet.


Bibliographie

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.). (DSM-5)

Bamelis LM, et al. (2014). Results of a multicenter randomized controlled trial of the clinical effectiveness of schema therapy for personality disorders.
https://ajp.psychiatryonline.org/doi/full/10.1176/appi.ajp.2013.12040518

Gongora VC, et al. (2017). Pathological personality traits (DSM-5), risk factors, and mental health.
https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/2158244017725129

Hopwood CJ, et al. (2018). Stability and change in personality and personality disorders.
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352250X17301690

Kramer U. (2018). Mechanisms of change in treatments of personality disorders.
https://guilfordjournals.com/doi/pdf/10.1521/pedi.2018.32.supp.1

Personality disorder. (n.d.).
https://www.mhanational.org/conditions/personality-disorder

Skodol AE. (2012). Personality disorders in DSM-5.
https://www.semanticscholar.org/paper/Personality-disorders-in-DSM-5.-Skodol/213a1dbb24328cd13d82b79302f1c24943b46aec?p2df

Widiger TA, et al. (2020). The alternative model of personality disorders (AMPD) from the perspective of the five-factor model.
https://www.karger.com/Article/FullText/507378

Lampe L, et al. (2018). Avoidant personality disorder: Current insights.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5848673/

Van Noppen B. (2010). Obsessive-compulsive personality disorder.
https://iocdf.org/wp-content/uploads/2014/10/OCPD-Fact-Sheet.pdf

DeLisi M, et al. (2019). The etiology of antisocial personality disorder: The differential roles of adverse childhood experiences and childhood psychopathology.
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31079021/

French JH, et al. (2021). Histrionic personality disorder.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK542325/

Gunderson JG, et al. (2018). Borderline personality disorder.
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29795363/

Paris J. (2019). Suicidality in borderline personality disorder.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6632023/

Mitra P, et al. (2021). Narcissistic personality disorder.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK556001/

Khan M, et al. (2017). Paranoid personality disorder.
https://psychiatryonline.org/doi/10.1176/appi.ajp-rj.2016.110103

Dependent personality disorder. (2021).
https://medlineplus.gov/ency/article/000941.htm

Zimmerman M. (2021). Dependent personality disorder (DPD).
https://www.merckmanuals.com/professional/psychiatric-disorders/personality-disorders/dependent-personality-disorder-dpd

Fariba K, et al. (2020). Schizoid personality disorder.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK559234/

Osma J, et al. (2018). Applying the unified protocol to a single case of major depression with schizoid and depressive personality traits.
https://zaguan.unizar.es/record/75813/files/texto_completo.pdf

Rossell DR, et al. (2014). Schizotypal personality disorder: A current review.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4182925/

Debanne M, et al. (2015). Developing psychosis and its risk states through the lens of schizotypy.
https://core.ac.uk/download/pdf/85215896.pdf

Kirchner SK, et al. (2018). Diagnosis and treatment of schizotypal personality disorder: evidence from a systematic review.
https://www.nature.com/articles/s41537-018-0062-8

Bawnik E. (2021). Personal interview.

Ramsay G, et al. (2020). Personality disorders revisited: A newly proposed mental illness.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7478931/

Winsper C, et al. (2019). The prevalence of personality disorders in the community: A global systematic review and meta-analysis.
https://www.cambridge.org/core/journals/the-british-journal-of-psychiatry/article/prevalence-of-personality-disorders-in-the-community-a-global-systematic-review-and-metaanalysis/360C242E0AE8E6010D43AC2941964DE4

Guide d'aide pour faire face à la dépression

Traduction française du petit guide d'aide pour faire face à la dépression de Melinda Smith, M.A., Lawrence Robinson, et Jeanne Segal, Ph.D.

Sommaire
- Pourquoi est-il si difficile de gérer la dépression?
- Aider une personne souffrant de dépression.

« Faire face à la dépression, conseil 1 : Tendre la main et rester connecté, Astuce 2 : Faites des choses qui vous font du bien, Astuce 3 : Bougez, Astuce 4 : Ayez une alimentation saine et anti-dépression, Astuce 5 : Obtenez une dose quotidienne de soleil, Astuce 6 : Défiez les pensées négatives, Comment puis-je aider une personne souffrant de dépression, Conseils pour parler de la dépression, Le risque suicidaire est réel, Encourager la personne à se faire aider, Soutenir le traitement de votre proche, Prenant soin de vous. »

Documentation soumise au terme de la licence attribuée par leurs propriétaires exclusifs. Melinda Smith, M.A., Lawrence Robinson, et Jeanne Segal, Ph.D.

Qu'est-ce que la dépression ?

Un sentiment de désespoir, le sentiment d'être « alourdi » et une perte de plaisir dans les choses qui vous apportaient de la joie – ce sont des signes courants de dépression, l'un des problèmes de santé mentale les plus répandus au monde.

La dépression clinique porte de nombreux noms, tels que « le blues », la dépression biologique ou clinique et le trouble dépressif majeur (TDM). l'organisation mondiale de la santé (OMS) estime que plus de 264 millions de personnes vivent avec la dépression.

Même des choses simples - comme s'habiller le matin ou manger à l'heure des repas - peuvent sembler être de gros obstacles lorsque vous souffrez de dépression.

Les symptômes de la dépression prennent de nombreuses formes et les expériences de deux personnes ne sont pas exactement les mêmes. Une personne souffrant de dépression peut ne pas toujours sembler triste aux autres. Et lorsque des amis ou des membres de la famille remarquent des signes de dépression, ils peuvent vouloir aider mais ne savent pas comment.

La dépression clinique est différente de la tristesse ou du chagrin - comme lorsque vous perdez un être cher, vivez une rupture amoureuse ou êtes licencié du travail - car elle vous consume généralement dans votre vie de tous les jours.

Contrairement à la tristesse, la dépression ne s'arrête pas après seulement un jour ou deux. Cela peut continuer pendant des semaines, interférant avec votre travail ou votre école, vos relations avec les autres et votre capacité à profiter de la vie.

Certaines personnes ont l'impression qu'un énorme vide s'est ouvert à l'intérieur lorsqu'elles vivent le désespoir associé à la dépression. L'apathie et l'anhédonie, ou l'incapacité à ressentir du plaisir, sont des aspects courants de la dépression.

Symptômes et diagnostic de dépression

Vous parlerez probablement à un professionnel de la santé mentale comme un psychologue, un psychiatre ou un travailleur social clinique, qui pourrait diagnostiquer votre état.

Bien qu'un médecin généraliste ou un médecin de famille puisse poser un diagnostic initial, un spécialiste peut assurer un suivi et un traitement complets.

Si vous avez ressenti la plupart des symptômes suivants chaque jour pendant 2 semaines ou plus, vous pourriez répondre aux critères d'un diagnostic de dépression :

  • un sentiment persistant de solitude ou de tristesse
  • manque d'énergie
  • sentiments de désespoir
  • dormir trop ou trop peu
  • manger trop ou trop peu
  • difficultés de concentration ou d'attention
  • perte d'intérêt pour les activités agréables ou la socialisation
  • sentiments de culpabilité et de dévalorisation
  • pensées de mort ou de suicide

La dépression peut sembler très différente d'une personne à l'autre, et l'intensité des symptômes peut également varier. De plus, si vous souffrez de dépression, vous pourriez ne pas ressentir tous les symptômes.

La dépression peut apparaître différemment chez les enfants que chez les adultes. Certains symptômes chez les enfants peuvent inclure l'anxiété ou un comportement anxieux.

Types de dépression

Bien que le TDM soit le principal diagnostic associé à la dépression, il existe également d'autres types de dépression. Chaque forme de dépression a son propre ensemble de symptômes.

1. Trouble dépressif majeur (TDM)

Le TDM est ce qui vient à l'esprit de la plupart des gens lorsqu'ils pensent à la dépression. C'est aussi le diagnostic de dépression le plus courant. Souvent, lorsque les gens disent qu'ils souffrent de dépression, il s'agit d'un TDM – parfois appelé dépression clinique.

Le TDM peut vous faire ressentir :

  • une humeur toujours basse
  • perturbations de sommeil
  • diminution de l'intérêt pour les activités
  • manque d'énergie
  • la culpabilité
  • agitation
  • changements d'appétit
  • inutilité
  • pensées suicidaires

Si vous ressentez au moins 5 des symptômes ci-dessus, une perte de plaisir dans les activités que vous aimiez auparavant, ainsi qu'une humeur dépressive qui dure au moins 2 semaines, vous pourriez répondre aux critères du TDM. Chez les enfants et les adolescents, le TDM peut également ressembler à de l'irritabilité plutôt qu'à de la tristesse.

Votre médecin devra exclure d'autres types de dépression ou des périodes de manie, qui pourraient indiquer un diagnostic de trouble bipolaire.

2. Dépression post-partum

La dépression post-partum est une dépression qui peut survenir chez les personnes qui viennent d'accoucher. Contrairement au baby blues, la dépression post-partum est plus grave, elle peut également survenir chez d'autres parents et soignants qui n'ont pas encore accouché.

Selon l'Office of Women's Health, il est normal de se sentir triste ou d'avoir le blues dans les jours qui suivent immédiatement l'accouchement. Cette sensation devrait passer dans les 3 à 5 jours.

Si la dépression, le vide ou le désespoir ne disparaissent pas dans les 2 semaines, vous souffrez peut-être de dépression post-partum, également connue sous le nom de trouble dépressif majeur avec apparition péripartum. Ces sentiments peuvent interférer avec votre vie quotidienne et votre rôle parental.

En règle générale, la dépression post-partum peut commencer dans le premier mois après l'accouchement, mais elle peut également commencer pendant la grossesse. Si vous avez des antécédents de dépression, vous pourriez être plus susceptible de souffrir de dépression post-partum.

Le post-partum fait référence à la période qui suit immédiatement la grossesse. Vous pouvez également ressentir une dépression péripartum, qui fait référence au temps avant, pendant et après l'accouchement.

Il n'y a pas de consensus parmi les organisations sur la durée de la période post-partum. Le DSM-5 indique que l'apparition des symptômes de l'humeur se produit pendant la grossesse ou dans les 4 semaines après l'accouchement, tandis que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) le définit comme 6 semaines après l'accouchement.

Les symptômes de la dépression post-partum comprennent :

  • se sentir désespéré, accablé ou triste après l'accouchement
  • ne pas se sentir connecté au bébé
  • faible énergie ou motivation
  • peu d'intérêt pour le bébé
  • pleurer fréquemment
  • changements dans les habitudes alimentaires
  • problèmes de mémoire ou de prise de décision
  • pensées de nuire à votre bébé ou à vous-même
  • maux et douleurs persistants, problèmes d'estomac ou maux de tête
  • perte d'intérêt pour les activités
  • se retirer de la famille ou des amis
  • se sentir sans valeur, coupable ou comme une mauvaise mère

Votre corps subit d'énormes changements physiques et hormonaux au cours des premiers mois suivant l'accouchement. Une recherche indique que différents facteurs peuvent déclencher une dépression post-partum, notamment :

  • changements dans vos niveaux d'hormones après la naissance de votre enfant, y compris des baisses d'œstrogènes, de progestérone et d'hormones thyroïdiennes
  • niveaux de stress accrus
  • avoir des complications pendant la grossesse et le travail
  • accoucher d'un enfant de faible poids de naissance
  • avoir moins de 19 ans au moment de l'accouchement
  • manque de soutien émotionnel et financier
  • statut d'emploi
  • niveau d'éducation
  • manque de sommeil
  • accès à des aliments nutritifs
  • quantité d'exercice

Si vous vous sentez triste, accablé ou tout simplement pas comme vous après la naissance de votre enfant, rappelez-vous que cela ne fait pas de vous un mauvais parent.

Environ 1 personne sur 9 souffre de dépression post-partum après avoir accouché pour la première fois. Il peut être utile de parler à votre gynécologue-obstétricien des options de traitement potentielles pour vous aider à vous sentir mieux à nouveau.

3. Trouble affectif saisonnier (TAS)

Bien que cliniquement connu sous le nom de trouble dépressif majeur avec des schémas saisonniers, de nombreuses personnes connaissent encore ce type de dépression sous le nom de trouble affectif saisonnier (TAS) ou dépression saisonnière.

Le TAS est un sous-type de dépression déclenchée par des changements saisonniers. Bien qu'il soit plus fréquent en hiver et en automne, il peut également se produire en été.

Contrairement à d'autres états dépressifs, les changements d'humeur et de comportement dans ce type de dépression se produisent généralement à certaines périodes de l'année.

Par exemple, vous pouvez ressentir les symptômes dès l'automne et l'hiver et s'atténuer au printemps ou en été. De nombreuses personnes associent le TAS aux mois les plus froids et les plus sombres, mais certaines personnes ressentent des symptômes pendant les mois les plus chauds.

Le TAS est un type de trouble dépressif majeur, ce qui signifie qu'il implique les mêmes symptômes, c'est juste que les symptômes ne surviennent que pendant certaines saisons, plutôt que tout au long de l'année.

Certains symptômes peuvent varier selon les mois où ils apparaissent. Si vous souffrez d'un TAS estival, vous remarquerez peut-être plus probablement :

  • manque d'appétit et perte de poids
  • troubles du sommeil
  • anxiété
  • épisodes de comportement violent
  • agitation
  • nervosité

Si vous ressentez des symptômes de TAS pendant l'hiver, vous pourriez être plus susceptible de remarquer :

  • gain de poids
  • sommeil excessif (hypersomnie)
  • trop manger avec une préférence pour les glucides
  • se retirer de la socialisation

Un diagnostic de dépression saisonnière est basé sur :

  • symptômes de dépression majeure
  • épisodes qui se produisent au cours de saisons spécifiques pendant au moins 2 années consécutives (bien que tout le monde ne les ait pas chaque année)
  • des épisodes beaucoup plus fréquents que d'autres épisodes dépressifs que vous avez pu avoir à d'autres moments de l'année ou de votre vie

Les chercheurs ne comprennent pas complètement la cause de la dépression saisonnière. Cependant, les niveaux de sérotonine et de mélatonine, ainsi que la lumière du soleil et la vitamine D, peuvent tous jouer un rôle.

Si vous remarquez une tristesse persistante ou un manque d'énergie pendant une certaine période de l'année, vous pourriez avoir une dépression saisonnière. Le traitement comprend la luminothérapie, l'établissement de routines de sommeil cohérentes et la thérapie par la parole.

4. Trouble dépressif persistant (dysthymie)

Le trouble dépressif persistant, anciennement connu sous le nom de dysthymie et dépression majeure chronique, est une forme de dépression qui dure au moins 2 ans.

Considéré à l'origine comme un trouble de la personnalité, le DSM-5 le classe désormais comme un type de trouble dépressif.

Bien qu'il puisse être plus difficile à traiter que d'autres types de dépression, il est possible d'obtenir un soulagement des symptômes. Si vous recevez un diagnostic de trouble dépressif persistant, vous travaillerez probablement avec votre professionnel de la santé pour créer une stratégie de traitement qui vous convient le mieux.

Pour être diagnostiqué avec un trouble dépressif persistant, vous devez ressentir au moins 2 symptômes de dépression pendant au moins 2 ans, avec pas plus de 2 mois d'interruption des symptômes. Le trouble dépressif persistant ne doit être présent que pendant 1 an chez les personnes de moins de 18 ans.

En raison de sa persistance et de ses symptômes parfois moins graves, certaines personnes atteintes de ce trouble ont l'impression que c'est simplement « comment elles sont », mais vous pouvez toujours bénéficier de parler avec un médecin de ce que vous ressentez. Ils peuvent vous aider à trouver un plan de traitement et des soins qui vous aident à vous sentir mieux.

5. Dépression bipolaire

Anciennement connu sous le nom de maladie maniaco-dépressive ou de maniaco-dépression, le trouble bipolaire n'est pas réellement considéré comme un type de dépression ou d'état dépressif.

Le trouble bipolaire est une affection distincte qui implique des humeurs extrêmes et des changements dans les niveaux d'énergie. Certaines formes du trouble bipolaire impliquent des épisodes dépressifs. Parfois, des épisodes dépressifs alternent avec des épisodes de manie ou d'hypomanie.

Les personnes atteintes de trouble bipolaire peuvent connaître des épisodes dépressifs. Les symptômes de ceux-ci sont les mêmes que ceux des épisodes de trouble dépressif majeur.

Il existe trois principaux types de troubles bipolaires :

  • Trouble bipolaire de type 1 : Les personnes atteintes de cette maladie ont au moins un épisode de manie. Beaucoup ont à la fois des épisodes maniaques et dépressifs.
  • Trouble bipolaire de type 2 : Ce type de trouble bipolaire est marqué par un schéma de périodes dépressives et d'épisodes hypomaniaques.
  • Trouble cyclothymique : également appelé cyclothymie, il implique des périodes de symptômes de l'humeur d'une durée d'au moins 2 ans qui ne correspondent pas à tous les critères des épisodes de dépression ou d'hypomanie.

Le traitement de la dépression liée au trouble bipolaire peut différer des autres approches de traitement de la dépression. Par exemple, en raison de la nature du trouble bipolaire, les antidépresseurs ne sont pas toujours un moyen sûr de gérer les symptômes du trouble bipolaire.

6. Trouble dysphorique prémenstruel (TDPM)

Le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM) est un trouble dépressif similaire au syndrome prémenstruel (SPM). La différence est la gravité des symptômes.

Alors que de nombreuses personnes qui ont leurs règles auront le syndrome prémenstruel, tout le monde ne développera pas le trouble dysphorique prémenstruel. Ce type de dépression survient très probablement en raison de la baisse des niveaux d'hormones après l'ovulation.

Pour qu'un médecin puisse diagnostiquer le trouble dysphorique prémenstruel, vous aurez des symptômes dépressifs pendant la majorité des cycles menstruels, au cours de la semaine précédant le début des règles. Les symptômes s'amélioreront quelques jours après la menstruation et deviendront minimes ou disparaîtront dans la semaine qui suit la menstruation.

Pour un diagnostic de TDPM, au moins 4 des éléments suivants doivent être présents :

  • émotions fortes et variables, appelées labilité affective
  • augmentation de l'irritabilité, de la colère ou des conflits avec les autres
  • une humeur dépressive, des sentiments de désespoir ou des pensées d'autodérision
  • anxiété, tension, sensation d'énervement

Le DSM-5 requiert également que 5 des symptômes suivants soient également présents :

  • intérêt réduit pour vos activités habituelles
  • difficulté à penser ou à se concentrer
  • fatigue ou lassitude
  • changements dans l'appétit ou les habitudes alimentaires
  • problèmes de sommeil
  • se sentir dépassé ou hors de contrôle
  • symptômes physiques, tels que ballonnements, sensibilité des seins ou prise de poids

Selon l'Office of Women's Health, environ 5% des femmes en âge de procréer souffrent de cette maladie. De nombreuses personnes aux prises avec le trouble dysphorique prémenstruel peuvent également vivre avec une dépression ou une anxiété majeure.

7. Dépression situationnelle

La dépression situationnelle - officiellement connue sous le nom de trouble d'adaptation avec humeur dépressive - survient lorsque vous avez des réactions comportementales ou émotionnelles à un changement dans votre vie ou à un facteur de stress particulier.

Bien qu'on l'appelle souvent un type de dépression, il s'agit techniquement d'un type de trouble d'adaptation.

Les symptômes apparaissent dans les 3 mois de la situation stressante et impliquent :

  • une détresse disproportionnée par rapport à la gravité ou à l'intensité du facteur de stress, compte tenu des facteurs culturels ou autres qui pourraient influencer la réaction
  • altération significative du fonctionnement professionnel, social ou quotidien

Afin de recevoir un diagnostic, vos symptômes ne doivent pas être le résultat d'un autre problème de santé mentale ou d'une exacerbation d'un problème existant. De plus, une fois le facteur de stress ou ses conséquences passés, vos symptômes devraient disparaître dans les 6 mois.

Si vous souffrez de dépression situationnelle, votre médecin précisera également si elle survient avec :

  • humeur dépressive
  • anxiété
  • un mélange d'anxiété et d'humeur dépressive
  • conduite dérangeante
  • un mélange de conduite perturbée et d'émotions

Une étude de 2017 a estimé qu'environ 11,5% des adolescents et des adultes souffrent de la maladie. Si vous êtes plus jeune, vivez en milieu urbain, êtes étudiant ou vivez seul, vous avez plus de chances de développer une dépression situationnelle.

Que sont les spécificateurs de dépression ?

Le DSM-5 utilise des spécificateurs pour fournir plus de clarté sur une condition. Les spécificateurs aident à établir un diagnostic plus spécifique, ce qui peut aider les professionnels de la santé à déterminer vos meilleures options de traitement.

Par exemple, vous pouvez recevoir un diagnostic de trouble dépressif majeur, mais si vous souffrez de psychose, le diagnostic serait un « trouble dépressif majeur avec des caractéristiques psychotiques ».

Le DSM-5 répertorie plusieurs spécificateurs pour la dépression. Ils comprennent :

  • détresse anxieuse : présence de 2 symptômes ou plus tels que tension, inquiétude, difficulté à se concentrer, peur que quelque chose de mal se produise ou agitation
  • caractéristiques mixtes : vous répondez à la plupart ou à tous les critères des épisodes dépressifs et maniaques, avec plusieurs symptômes de dépression au cours d'un épisode maniaque
  • caractéristiques mélancoliques : une humeur dépressive avec des changements psychomoteurs - tels que des mouvements ralentis ou agités - qui sont perceptibles par les autres
  • traits atypiques : des épisodes dépressifs surviennent, mais l'exposition à des stimuli positifs améliore votre humeur ; des symptômes spécifiques, comme une augmentation de l'appétit, une augmentation du sommeil et une sensibilité au rejet sont présents
  • caractéristiques psychotiques : vous avez des hallucinations ou des délires, souvent liés à vos sentiments dépressifs
  • catatonie : vous souffrez de dépression et ne réagissez pas aux événements qui vous entourent, ne bougeant ni ne parlant
  • début du péripartum : un autre nom pour la dépression post-partum, cela se produit pendant la grossesse ou dans les 4 semaines après l'accouchement
  • modèle saisonnier : un autre nom pour la dépression saisonnière, les symptômes surviennent en raison des changements saisonniers

Le DSM-5 spécifie également les diagnostics en fonction de leur gravité - légère, modérée ou grave - et si les symptômes sont en rémission partielle ou complète.

Facteurs de risque et causes de la dépression

Comme pour la plupart des problèmes de santé mentale, les chercheurs ne savent toujours pas ce qui cause la dépression. Mais la plupart des experts considèrent les éléments suivants comme des facteurs contributifs :

  • la génétique
  • bactéries intestinales
  • histoire de famille
  • personnalité
  • environnement
  • facteurs sociaux et éducation

N'importe qui peut souffrir de dépression. Mais certains facteurs de risque indiquent la probabilité que vous en fassiez l'expérience.

Par exemple, les femmes peuvent être 2 à 3 fois plus susceptibles que les hommes de développer une dépression.

Selon la NIMH, d'autres facteurs de risque de dépression peuvent inclure :

  • des antécédents familiaux de troubles de l'humeur
  • changements majeurs dans la vie
  • traumatisme ou stress chronique
  • les conditions médicales
  • certains médicaments
  • consommation d'alcool ou d'autres substances

Même si vous ne vous identifiez à aucun facteur de risque de dépression, vous pourriez toujours répondre aux critères d'un diagnostic de dépression.

Autres conditions pouvant impliquer la dépression

Il existe plusieurs autres problèmes de santé mentale qui surviennent souvent avec la dépression ou avec des symptômes similaires. Ceux-ci inclus :

  • troubles anxieux
  • trouble de stress post-traumatique (TSPT)
  • traumatisme complexe
  • trouble obsessionnel-compulsif (TOC)
  • troubles liés à l'utilisation de substances

Traitement de la dépression

La dépression peut-elle réellement être traitée avec succès ? La réponse courte est oui !

Selon le NIMH et d'innombrables études de recherche au cours des 6 dernières décennies, la dépression clinique est facilement traitée avec une psychothérapie ou une thérapie par la parole à court terme et des médicaments antidépresseurs.

Pour la plupart des gens, une combinaison des deux fonctionne mieux et est souvent recommandée par les professionnels de la santé.

Psychothérapie

Les approches de psychothérapie dont il a été prouvé scientifiquement qu'elles fonctionnent avec la dépression comprennent :

  • thérapie cognitivo-comportementale (TCC)
  • thérapie interpersonnelle
  • thérapie psychodynamique

La thérapie est l'un des traitements les plus efficaces pour tous les types de dépression, et elle a très peu d'effets secondaires.

Stratégies d'auto-assistance

Pour la dépression légère, de nombreuses personnes commencent par des stratégies d'auto-assistance et un soutien émotionnel.

L'exercice et l'alimentation sont d'autres facteurs à prendre en compte lors de l'élaboration d'une routine pour gérer la dépression. Bien qu'il puisse être difficile d'adopter des habitudes d'auto-soins cohérentes lors d'un épisode dépressif, de petits pas peuvent aider.

Des médicaments

Les antidépresseurs tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont les médicaments les plus couramment prescrits pour la dépression.

Lorsque la psychothérapie et les antidépresseurs ne fonctionnent pas, les cliniciens peuvent envisager d'autres options de traitement. Habituellement, un médicament supplémentaire pour soutenir le médicament antidépresseur existant est envisagé.

Des options de traitement supplémentaires telles que l'électroconvulsivothérapie (ECT) ou la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (rTMS) peuvent être essayées dans les cas les plus graves.

Un traitement efficace dépend de la reconnaissance de l'existence d'un problème, de la recherche d'une solution et du suivi d'un plan de traitement. Cela peut être difficile lorsque vous souffrez de dépression, mais la patience est la clé au début du traitement.

Peu importe à quel point les choses peuvent sembler désespérées, vous pouvez vous améliorer avec un traitement – beaucoup de gens le font.

Vivre avec la dépression

Si vous vivez avec la dépression, le simple fait de se réveiller le matin et de sortir du lit peut sembler être une lutte.

Les tâches quotidiennes, comme prendre une douche, manger, aller au travail ou à l'école, peuvent parfois sembler être de gros obstacles pour une personne vivant avec la dépression.

L'une des clés de la gestion de la dépression est de s'assurer que vous recevez un traitement ou de prendre des mesures pour établir une solide routine de soins personnels. Le traitement peut inclure une thérapie, des médicaments ou les deux.

De plus, participer activement à votre propre plan de bien-être peut être utile. Bien que cela puisse demander des efforts, cela peut être fait. Pour certaines personnes souffrant de dépression, s'appuyer sur un réseau de soutien ou sur un être cher en qui on a confiance peut aider.

L'établissement de routines d'auto-soins est important dans la gestion de la dépression. Obtenir un soutien émotionnel régulier, par exemple avec une personne proche ou via un groupe de soutien en ligne, peut également être bénéfique.


Lire le document complet.


Bibliographie

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.). (DSM-5)

Depression. (2020).
https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/depression

Depression basics. (2016).
https://www.nimh.nih.gov/health/publications/depression

Labonté B, et al. (2017). Sex-specific transcriptional signatures in human depression.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5734943/

Major depression. (2019).
https://www.nimh.nih.gov/health/statistics/major-depression

Sarris J. (2018). Herbal medicines in the treatment of psychiatric disorders: 10-year updated review.
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29575228/

Suicidality in children and adolescents being treated with antidepressant medications. (n.d.).
https://www.fda.gov/drugs/postmarket-drug-safety-information-patients-and-providers/suicidality-children-and-adolescents-being-treated-antidepressant-medications

Depression in children and teens. (2021).
https://www.aacap.org/AACAP/Families_and_Youth/Facts_for_Families/FFF-Guide/The-Depressed-Child-004.aspx

Hossein-nezhad A, et al. (2013). Vitamin D for health: A global perspective.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3761874/

Fang H, et al. (2019). Depression in sleep disturbance: A review on a bidirectional relationship, mechanisms and treatment.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6433686/

Get enough sleep. (2021).
https://health.gov/myhealthfinder/healthy-living/mental-health-and-relationships/get-enough-sleep